Carnets de terrain – “Engagement et tensions sur le terrain : une enquête sur les dispositifs d’accueil pour les personnes migrantes aux îles Canaries” – Andrea Gallinal Arias

Andrea Gallinal Arias, Migrants photographiés dans une embarcation exposée en hommage aux disparus en mer Ténériffe , 25/05/2023

Andrea Gallinal Arias est doctorante en sociologie politique au laboratoire MESOPOLHIS sous la direction de Philippe Aldrin et Aude Signoles depuis 2021. Ses recherches portent sur la route migratoire atlantique des Îles Canaries et sur l’infrastructure de gestion des migrations qui se développe dans l’archipel depuis 2020. A travers ce billet elle propose de revenir sur un séjour de recherche conduit entre janvier et juillet 2023.

Engagement et tensions sur le terrain : une enquête sur les dispositifs d’accueil pour les personnes migrantes aux îles Canaries

“Entre janvier et juillet 2023 je me suis rendue sur l’île de Tenerife, dans l’archipel des Canaries, pour un séjour de recherche dans le cadre de ma thèse « La “fabrique des crises” aux îles frontières de l’Europe : gouvernance des migrations aux Canaries et transformations du politique ». Cette enquête s’inscrit dans la continuité de deux terrains précédents menés dans l’île voisine de Grande Canarie, en 2021 et 2022. 

J’ai décidé de consacrer ce billet aux tensions apparues pendant mon dernier séjour dans les îles concernant ma position sur le terrain et la gestion d’une pluralité de relations d’enquête avec des groupes d’acteurs différents. Je me focalise spécifiquement sur une partie de cette enquête qui m’a amené à m’intéresser aux centres d’accueil d’urgence que le ministère des migrations a installé dans les îles depuis 2020. J’aborderai d’abord la manière dont j’ai pu approcher cet objet, les centres, qui restent des espaces dont l’accès est très contrôlé. Je reviendrai ensuite sur la négociation d’entrée dans un collectif de soutien aux personnes migrantes et les tensions qui ont résulté des relations que j’ai pu nouer avec ce groupe[1] sur trois niveaux : ma double position de chercheuse et membre du collectif, la difficulté à gérer la distance avec les enquêté·es dans le cadre des terrains longs et le risque d’enclicage vis-à-vis d’autres groupes d’acteurs.

Les îles Canaries sont considérées comme la « route migratoire atlantique » vers l’Europe. Depuis l’arrivée des premières embarcations en provenance du Maroc dans les années 1990, les flux migratoires sur cette route fluctuent chaque année, ce qui module aussi le degré d’attention médiatique qu’elle reçoit. Mon premier terrain dans les îles, réalisé entre janvier et février 2021 dans le cadre de mon mémoire de master, visait à rendre compte des changements de cette partie du borderscape européen lors de la « crise migratoire » survenue en 2020, quand plus de 23 000 personnes sont arrivées en provenance des côtes africaines en pleine pandémie de Covid-19. Depuis lors, le nombre d’arrivées a continué à fluctuer mais n’a jamais complétement disparu, avec un total de 39 910 personnes migrantes qui ont atteint l’archipel en 2023 selon les chiffres du ministère de l’intérieur espagnol. 

À mon arrivée à Tenerife en 2023, je voulais me concentrer sur l’un des éléments que j’avais pu constater en analysant les données recueillies pendant mes terrains précédents : la gestion du phénomène migratoire dans les îles donnait lieu à des tensions autour de la prise des décisions qui impactent directement le territoire. L’emplacement des structures d’accueil dans l’archipel et la prise en charge de la population migrante généraient effectivement des conflits entre les différents acteurs impliqués dans ce processus, y compris les habitant·es des îles. J’ai alors décidé de construire mon enquête autour de ce qui me semblait être l’élément central du redéploiement des dispositifs de contrôle migratoire dans l’archipel : les centres d’accueil d’urgence.  

Ces structures avaient été conçues par le ministère des migrations fin 2020 comme une solution pour résoudre le problème du manque de places d’accueil dans les îles. Six centres ont été installés dans différents lieux de l’archipel dès début 2021, comptant 7 000 places d’accueil au total[2]. Ils sont censés être un point de passage dans lequel les migrants sont accueillis pour une période déterminée, deux mois en moyenne, avant d’être transférés vers d’autres centres dans l’Espagne continentale. Il convient de noter que le groupe de personnes accueilli dans les centres ici décrits sont des hommes adultes. Les femmes, les mineur·es et autres catégories de personnes défini·es par des critères de vulnérabilité supplémentaires ont été placé·es dans d’autres structures spécifiquement conçues à cette fin. Mon objectif était de prendre ces centres comme poste d’observation pour ensuite « tirer le fil » et appréhender les différents acteurs qui participent de ces dispositifs et les dynamiques qui s’y jouent. 

Sur l’île de Tenerife deux centres avaient été installés dans la municipalité de La Laguna, au nord de l’île, mais seulement un était en fonctionnement pendant mon séjour : le « campamento » de Las Raíces, en fonctionnement depuis février 2021. Ce centre se trouve dans une zone rurale, dans un bois d’eucalyptus du nord de l’île dont l’accès est difficile du fait du manque d’indications. Il est géré par l’organisation ACCEM (Asociación Católica Española de Inmigrantes) et avait une capacité d’accueil initiale de 1 450 personnes. Il a été aménagé dans une ancienne caserne militaire équipée de tentes amovibles avec des lits superposés démontables. Le centre est entouré d’une clôture et d’un mur qui longe le périmètre et l’entrée est gardée par du personnel de sécurité privé. Ainsi, seul les « usagers », munis d’une carte d’identification, peuvent y accéder.

Ma première idée était de me rendre dans le centre, le visiter et enquêter auprès des travailleur·ses et bénévoles de l’ONG en charge. Cependant, une première difficulté s’est présentée quand j’ai appris que l’entrée et la visite des centres étaient interdites, sauf autorisation directe du ministère des migrations espagnol. En parallèle des demandes que j’ai alors lancé auprès du ministère, j’ai dû trouver d’autres moyens d’enquêter sur le centre en dehors de la voie institutionnelle. 

J’ai décidé de contacter l’un des collectifs de bénévoles qui se rendaient à proximité du centre une fois par semaine pour soutenir les personnes qui s’y trouvaient. En l’occurrence, il s’agissait d’un groupe qui facilitait l’enseignement de la langue espagnole. Ainsi, tous les dimanches pendant mon séjour à Tenerife, j’ai eu l’occasion de participer à ces rencontres en tant que membre du collectif. Nous arrivions au centre en fin d’après-midi, vers 17h00, avec tous les matériaux nécessaires : des draps pour nous asseoir sur le sol, des tableaux pour écrire, et quelques dizaines de cahiers et stylos. Peu après, un groupe comprenant vingt ou quarante personnes, selon les jours, nous rejoignait dans l’esplanade juste en face du centre pour commencer les cours d’espagnol. La plupart d’entre eux étaient Marocains et Sénégalais, mais il y avait aussi des Ivoriens, des Guinéens, des Ghanéens… Au cours des mois, certains partaient et d’autres arrivaient, nous rencontrions toujours des nouvelles personnes. Ces moments d’échange m’ont permis d’avoir accès aux récits des personnes migrantes et d’obtenir ainsi des informations sur les conditions d’accueil dans le centre et leur rapport au personnel. C’était aussi l’occasion d’observer les interactions entre les personnes migrantes et les membres du collectif, ainsi qu’entre les membres eux-mêmes.

Ce type d’observation participante, ou plutôt de participation observante, entrainait cependant plusieurs difficultés. J’ai dû d’abord faire face à une certaine méfiance de la part d’autres bénévoles qui exprimaient parfois, bien que jamais explicitement, une inquiétude face à ma double position de chercheuse et de membre engagée du collectif. Si l’engagement dans ce collectif faisait partie de mon protocole d’enquête, j’ai aussi dû faire preuve d’une certaine proximité politique et idéologique à la cause pour être accueillie et acceptée dans le groupe. Cette « démonstration » nécessaire pour valider ma participation dans le collectif passait, notamment, par la mise en valeur d’expériences similaires que j’avais pu avoir précédemment et la dissimulation d’autres qui auraient suscité de la méfiance. Ainsi, j’ai par exemple mis en avant le fait d’avoir été engagée dans plusieurs associations qui militent pour les droits des personnes migrantes en France, mais, étant donné le regard très critique porté par le collectif envers les ONG gestionnaires des centres d’accueil, j’ai décidé de ne pas mentionner mon engagement en tant que bénévole dans plusieurs centres d’accueil gérés par la Croix Rouge lors d’un terrain précèdent. 

Enfin, la capacité à construire des liens de proximité avec les personnes migrantes était un deuxième élément important qui pouvait faire preuve des convictions personnelles. Le degré de distance que les différents membres gardaient avec les personnes migrantes – et qui pouvait se traduire par la fréquence de conversations informelles en dehors des « cours de langue », le partage d’informations personnelles, l’échange de cadeaux comme de bracelets ou des livres – était interprété comme une plus grande ou moindre volonté de se rapprocher de ces personnes et donc un engagement plus ou moins « convaincant ». Je suis très vite parvenu à créer des liens avec plusieurs personnes migrantes, notamment du fait que je parlais français comme la plupart d’entre elles, ce qui m’a très vite rapproché des membres les plus centrales du collectif, celles qui étaient actives depuis longtemps et qui prenaient en charge l’organisation. Ainsi, les échanges en dehors de l’activité du collectif sont devenus plus fréquents et les liens avec certains membres ont été renforcés.

La difficulté pour moi n’a pas tant été d’être acceptée dans le collectif, mais de parvenir à prendre la distance nécessaire. En effet, les relations pouvaient devenir des amitiés au cours des mois, ce qui rendait difficile la prise de distance nécessaire pour analyser et rendre compte de ce que j’étais est en train d’observer. Ces relations d’amitié étaient aussi alimentées par mon propre besoin de rencontrer des personnes et d’être accompagnée dans ce lieu qui m’était nouveau. Ainsi, ma participation active au collectif avait aussi des effets sur les dynamiques en jeu entre ce groupe de personnes. 

Comment alors tenir ce rôle de membre du collectif, d’amie et les attentes qui en découlent au cours d’un travail d’enquête qui m’amène à être en contact avec des différents acteurs sur le terrain ? En effet, la difficulté réside dans le fait de devoir préserver des relations avec les différents groupes d’acteurs qu’on rencontre sur le terrain en composant avec des projections et des attentes qui peuvent être contradictoires entre ces groupes.

Vers la fin de mon séjour, au mois de mai, j’ai enfin reçu une réponse de la part du ministère : ils allaient me faire visiter deux centres d’accueil et j’allais avoir l’occasion de faire un entretien avec le fonctionnaire du ministère en charge de leur mise en place. C’est avec beaucoup de surprise que j’ai reçu ces nouvelles puisqu’aucune des personnes que j’avais rencontrées au sein du mouvement de soutien aux migrants avaient réussi à entrer dans le centre malgré leurs tentatives, y compris celles qui détenaient des postes d’importance, du fait de leur profession (universitaires) ou bien de leur capital social (connaissent, par exemple, des personnalités politiques). Cet accord a été ainsi vécu avec incrédulité par plusieurs de mes connaissances et une certaine méfiance s’est installée à mon égard. Enfin, ce moment a aussi été perçu par certains membres du collectif comme une opportunité pour eux d’obtenir des nouvelles informations afin de « dénoncer » les conditions d’accueil des personnes migrantes dans ces espaces. 

Cette minorité d’activistes m’a alors demandé de poser certaines questions lors de ces entretiens, de relayer l’information sur ce que j’ai pu voir et entendre pendant ces visites ou bien de raconter ce que les travailleur·ses de l’organisation avaient partagé avec moi. J’ai alors dû trouver la manière de restituer une partie de ces informations sans compromettre mon enquête et sans perdre non plus l’accès à des espaces de mon terrain qui étaient déjà acquis. Ce moment a constitué une rupture, une sorte de mise à l’épreuve, dans laquelle les limites de mon engagement dans le collectif ont été révélés. S’agissant de la fin de mon terrain, les conséquences de cette rupture ont été moins visibles, même si elles ont pu s’étendre au-delà de mon enquête. En effet, à mon retour en France j’ai encore été sollicitée par l’un de membres qui voulait me mettre en contact avec une journaliste qui préparait un reportage sur l’encampement de migrant·es en Europe. Puisque j’avais visité le centre et échangé avec les travailleur·ses, il me suggérait de répondre directement à la sollicitation de cette journaliste, demande que j’ai refusé. Enfin, les tensions soulevées par ces attentes de la part du collectif interrogent plus largement la place des chercheur·ses et l’utilisation de leurs recherches dans le discours et le travail des associations.

L’expérience décrite ici rend compte de tensions qui émergent pendant le terrain du fait de la rencontre avec différents groupes de personnes et de la nécessité de devoir prouver une certaine légitimité à leur égard pour parvenir à avoir accès aux données qui nous intéressent dans le cadre de notre recherche. Dans le cadre d’une immersion ethnographique, le terrain se mène de manière simultanée dans différents espaces sociaux qui peuvent être connectés mais aussi concurrents, ce qui demande d’accorder une attention particulière au jeu de distance et proximité avec les enquêté·es. Enfin, le terrain sous-entend un engagement personnel et pas simplement scientifique et donc une articulation constante entre l’observation et la participation et entre l’analyse et l’action qui ne sont pas toujours faciles à gérer et requièrent une réflexion approfondie. 

20/05/2024


[1] Je n’évoquerai pas dans ce billet la complexité des liens noués pendant mon terrain avec les personnes migrantes, qui mériteraient une analyse plus approfondie.

[2] À compter depuis novembre 2023, une nouvelle structure est en fonctionnement dans l’île de El Hierro.

 A travers les billets “Carnets de terrain” la parole est donnée aux étudiant.e.s, doctorant.e.s, post-doctorat.e.s, qui souhaitent partager leur expérience de terrain et qui s’intéressent particulièrement aux frontières, aux marges et aux seuils. Ces retours visent à mettre en lumière les recherches en cours et à rendre compte des outils, des approches et des concepts utilisés pour penser les mutations des frontières contemporaines.



Citer ce billet
Théo Borel (2024, 21 mai). Carnets de terrain – “Engagement et tensions sur le terrain : une enquête sur les dispositifs d’accueil pour les personnes migrantes aux îles Canaries” – Andrea Gallinal Arias. Les carnets de l'antiAtlas des frontières. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://antiatlas.hypotheses.org/854

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search